Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AUTRUI
  • AUTRUI
  • : Tous ceux qui croisent notre chemin sont susceptibles de laisser une trace de leur passage.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Texte libre

Certaines photos ont été glanées sur le Net. Elles ne sont utilisées que dans un but illustratif. Si toutefois leurs auteurs y voyaient une quelconque objection, merci de me contacter.

Archives

 

 

« L’Enfer, c’est les Autres »

            Jean-Paul Sartre

Pour comprendre le but de ce blog, il vaut mieux commencer par lire ça.

15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 22:58
Pour rentrer chez moi chaque soir, je passe sur un pont qui surplombe l’autoroute. Il est laid, il est tout gris, et quand on regarde en bas, on voit les voitures qui défilent sur la trois voies dans un affreux vrombissement.
En général, lorsque je suis arrêtée au feu rouge, un sentiment de soulagement m’étreint. La journée de travail est finie et je m’en vais retrouver mon nid douillet.
Parfois il fait beau, et je rêvasse à tout ce que je pourrais faire : aller me promener au parc, lire un bon bouquin sur un banc isolé, profiter des derniers rayons pour clore en beauté une journée morose. Parfois il fait froid, et je songe que j’aimerais aller au ski, faire de la luge avec Fiston, errer dans la montagne et respirer la bonne odeur de  résine de sapin. Souvent en ce moment, il pleut.  Alors je me laisse hypnotiser par le va-et-vient des essuie-glace sur le pare-brise en attendant que le feu passe au vert.
 
Depuis dix jours environ, impossible de laisser mon esprit divaguer comme à l’accoutumée. Chaque soir sur le pont, j’ai les idées noires. J’imagine une jeune fille, peut-être une adolescente regarder les voitures en bas avec des larmes plein les joues. Je me dis que ça doit être une drôle de mort, tomber du haut d’un pont sordide et se faire percuter par une voiture, être projetée des mètres plus loin avant de se faire écrabouiller par un camion.
Je pense à ça, maintenant, le soir.
 
A certains moments, il m’arrive de me dire que sous ce pont, là en bas, une moto s’est écrasée un samedi soir après la fête. A moins que ce ne soit arrivé un soir de semaine pareil à celui-ci ?  Il serait aujourd'hui trop dangereux de descendre pour se recueillir sur les lieux de l’accident.
En rentrant chez moi, maintenant, j’ai la mort plein la tête.
 
Depuis dix jours environ, quand je m’arrête au feu rouge,  je vois ces lettres plastifiées accrochées sur le parapet du pont, entourées de fleurs délicatement enveloppées d’un plastique sale. Il y a plusieurs missives. Je ne me suis jamais arrêtée pour lire l’hommage, mais tant d’histoires possibles se construisent autour de ce deuil placardé. C’est étrange, quand la mort d’autrui s’invite dans notre quotidien.
Je n’arrive pas à déchiffrer grand-chose, de là où je suis. Juste « Tu t’es envolée mon ange ». La suite se noie dans les gouttes de pluie. Une couronne mortuaire en forme de cœur, composée de roses rouges, apporterait presque de la gaieté dans un monde en gris et blanc.
  
 

Ce n'était pas un accident de moto. Je sais maintenant de qui il s'agit.
Elle s'appelait Sybile et elle avait quinze ans. Elle s'est suicidée il y a un mois en sautant du pont. Percutée par plusieurs véhicules, elle est morte sur le coup.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jo 21/01/2008 20:58

Piégeur d'images -->Effectivement, le soleil est bien timide par ici ! Moa --> Sans compter tous les tourments propres à l'adolescence ... Pauvre gosse.Alaligne --> Oui, je crois que j'y penserai longtemps en passant sur ce pont. Artno --> Tu as raison, l'expression est un peu débile. J'imagine toutefois que selon la violence de tel ou tel choc on peut déduire si la mort a été rapide ou pas. Balmeyer --> Reviens quand tu veux ! :-)))Soof --> J'avoue que j'ignore comment on peut en arriver là, quel que soit l'âge d'ailleurs...

Soof 21/01/2008 20:07

Que c'est triste...Comment, à cet âge là, peut on trouver la force d'un tel acte....C'est horrible...

balmeyer 21/01/2008 17:05

Tiens, j'étais persuadé d'avoir laissé un commentaire laudateur ! Pour la peine, tant pis, j'ai la flemme d'écrire celui que j'avais imaginé ! :-)Non, sérieusement, je me réjouis à chaque fois. A bientôt.

Le primate... 21/01/2008 00:02

No coment;(Je m'arrête tout de même sur l'expression "mort sur le coup", car il s'agit bien d'une expression plus que d'une vérité. Allez savoir à quel moment une personne est morte lors d'un accident ou d'un suicide !? Cela permet surtout de soulager les vivants qui par cette expression se disent que le mort  n'a pas souffert, voir pas vu la mort venir. Mais dans le cas d'un suicide la souffrance qui a entraîné l'acte de se tuer est sans doute bien pire que la souffrance physique de la mort. Mort sur le coup, ce serait presqu'une mort violente mais en douceur... un paradoxe en soi.)

alaligne 19/01/2008 18:18

Un pont qui restera gravé dans ta mémoire comme celui de Sybile... Un bien joli prénom pour une si triste fin de vie...Bises à toi