Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AUTRUI
  • AUTRUI
  • : Tous ceux qui croisent notre chemin sont susceptibles de laisser une trace de leur passage.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Texte libre

Certaines photos ont été glanées sur le Net. Elles ne sont utilisées que dans un but illustratif. Si toutefois leurs auteurs y voyaient une quelconque objection, merci de me contacter.

Archives

 

 

« L’Enfer, c’est les Autres »

            Jean-Paul Sartre

Pour comprendre le but de ce blog, il vaut mieux commencer par lire ça.

10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 20:20

http://tuna.senyuz.free.fr/wordpress/wp-content/gay-pride.jpg

Chris est né le 25 décembre. C’est la date de naissance qui a motivé le choix de son prénom. Comme il est plus facile d’appeler un enfant Chris que Jésus, ce fut Chris.
Chris aimait beaucoup raconter cette histoire. Elevé par sa mère comme un second Messie, il avait de lui-même une haute estime, en même temps que la volonté de ne pas décevoir. Ce que sa maman pensait de lui était primordial, et il avait probablement grandi avec cette obsession de coller aux désirs maternels.
Etudiant à Paris, il habitait avec son frère loin du cocon familial. C’est lui qui tenait la maison, qui faisait le ménage, passait la serpillière, avec un soin qui n’avait rien à envier à celui dont fait preuve la plus maniaque des ménagères.
Chris était beau, ce genre de beauté méditerranéenne qui ne laisse pas les filles insensibles. Il avait un sourire enchanteur mais n’abusait pas d’un charme qu’il méconnaissait lui-même.
 
Nous nous entendions bien. Il lut avec intérêt les romans que j’avais écrits, adolescente, fut même franchement emballé par l’un d’eux et m’encouragea à faire, une énième fois, la tournée des éditeurs parisiens. Après cela, il s’essaya à son tour à l’écriture. Je me souviens de la fierté touchante avec laquelle il m’apporta quelques feuillets dactylographiés, un matin d’hiver. Je les lus attentivement, épouvantée par l’ineptie de l’histoire et le style lourd, ne sachant comment rester honnête tout en préservant sa susceptibilité et son ego.
Au fil des mois, son apparence physique évolua également. Il se laissa pousser la moustache et le bouc, ce qui lui donnait la même allure générale que mon fiancé, dont il était l’ami. Quand Chéri décida, sur un coup de tête, de tout raser, Chris n’attendit pas plus de quelques jours avant d’en faire autant. Quelques mois plus tard, Chéri renoua avec son style initial, et Chris cessa lui aussi de se raser.
 
Puis il m’abreuva de compliments sur ma tenue vestimentaire, les bijoux que je portais, mes sacs à main. Flattée, je souriais. Dans le même temps, toutefois, Chris me disait des choses troublantes :
-         J’aime bien tes mains. Ce sont plus des mains de mec, tu vois…
-         Ah oui ?  m’étonnai-je. Mais qu’appelles-tu « des mains de mec » ?
-         Je ne sais pas, je trouve que tu as plus des mains de mec … Ah mais moi j’aime bien, hein … !  ajouta-t-il pour me rassurer.
 
Bon. Je n’insistai pas. Quelques jours plus tard, il m’expliqua comme mon caractère lui plaisait. Un caractère déterminé, dur parfois. « Un caractère plus de mec, tu vois » selon Chris. Je commençai à me poser des questions.
En parallèle Chris revenait à la charge sur mes bijoux, s’extasiant sur un collier qui lui plaisait.
-         Comme j’aimerais, moi aussi, pouvoir porter un collier comme celui-là… Mais ça ferait pédé, non ? 
-         Euh… Ben c’est un collier de fille… répondis-je sans trop comprendre.
 
A partir de là, je me rendis compte à quel point l’homosexualité revenait souvent dans les conversations. Il trouvait tel garçon mignon, et insistait sur ce fait tout en cherchant une réaction de ma part. Comme il n’en voyait aucune, il finissait par être plus direct : « J’ai peur de devenir pédé, tu vois… ».
Je lui ai demandé à plusieurs reprises s’il était attiré par les garçons, mais il niait, tout offusqué d’une telle question. Il avait eu des filles dans sa vie, n’était-ce pas une preuve du contraire ?  Je n’insistai pas. Chris continuait ses allusions étranges et se débattait avec ses propres incertitudes.
Un soir, lors d’une soirée entre amis, Chris avait trop bu. Il riait sans cesse,  sautait sur des camarades étudiants et leur réclamait avec insistance des bisous en essayant de leur grimper dessus, à la manière d’un chien pressé de s’accoupler : « Allez, allez-alleeeeeeez ! Fais pas ton timide ! ». Eclatait de rire. « Oh la la, je suis gai ! » lâcha-t-il subitement avant d’enchaîner : « Gay. G-A-Y ».
C’était dit.
 
Je ne sus jamais avec certitude si Chris était ou non homosexuel. Je sais simplement qu’il n’assumait pas pleinement ses désirs, et qu’il essayait de se les dissimuler à lui-même. Son malaise était devenu évident. Il dut comprendre que je l’avais remarqué et identifié pour me fuir avec autant d’application.
Quand je l’interrogeai sur les raisons de son attitude glaciale à mon encontre, de la distance qu’il avait mise entre nous, il me regarda d’un air méprisant que jamais auparavant je ne lui avais connu et me dit avec un dédain tout aussi inattendu : « Tu vois, j’ai évolué ». 
 
Je l’espère pour lui.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claudine 13/11/2006 08:52

Tu as joué le rôle de charnière sans le savoir...

Artno 12/11/2006 21:31

que de rencontre d'autrui et d'Autrui faisons-nous sur ton blog, j'aime bien, étrangement, ça me détend ces rencontres.

Soof 12/11/2006 08:48

Tout ceci est bien décrit et on imagine la souffrance de ce garçon.... en quête de son identité sexuelle...
Malheureusement pour lui, l'annonce a été un peu brutale.......
C'est encore plus triste que lui ne doit pas s'en souvenir, mais que tous les gens présents, eux s'en souviennent sans doute....... :-((
J'espère qu'il a réussi à trouver "sa place", et qu'il assume pleinement sa sexualité maintenant, sans avoir à passer par des épisodes aussi difficiles.

-------------

Autre chose ma Jo, tu n'as pas des mains de mecs je te rassure !!! ;-) Bien au contraire !!! Je pense que Chris aurait justement voulu avoir ta féminité et qu'il devait vraiment t'admirer pour te couvrir de compliments. Et il a raison car tu es une très belle femme (non ce n'est pas une avance ... ;-) LOL)
Peut être aussi cherchait-il à semer le doute en toi pour aborder le sujet de sa propre sexualité. C'était sa manière maladroite de te lancer sur ce sujet dont il avait tant envie de parler... mais qu'il ne savait comment aborder.

un inconnu dans la foule 11/11/2006 23:15

en effet bizard ce mec j'espere qu'il s'assume ^^
et ton chéri avait il un caractère et des mains de mec ?
continue a ecrire j'aimebeaucoup meme si je ne laisse pas toujours de messages ^^


Moâ 11/11/2006 18:38

Hello Jo :-)

Un récit intéressant sur les relations et les personnalités.
Je reviendrais te lire.
Bon week-end à toâ.
Bisesssss.