Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AUTRUI
  • AUTRUI
  • : Tous ceux qui croisent notre chemin sont susceptibles de laisser une trace de leur passage.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Texte libre

Certaines photos ont été glanées sur le Net. Elles ne sont utilisées que dans un but illustratif. Si toutefois leurs auteurs y voyaient une quelconque objection, merci de me contacter.

Archives

 

 

« L’Enfer, c’est les Autres »

            Jean-Paul Sartre

Pour comprendre le but de ce blog, il vaut mieux commencer par lire ça.

20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 00:00
 
Plusieurs personnes m’ont fait remarquer que je disposais d’une impressionnante collection d’autrui « cons », désagréables que j’ai allègrement exploitée en écrivant, jour après jour, semaine après semaine, les textes que vous avez eu le loisir de lire. Et c’est vrai.
 On me demande aussi si, par hasard, je n’ai pas connu des gens formidables, des gens « bien ». Eh bien si, j’en ai connu, j’en connais, j’en vois tous les jours. J'entends déjà les soupirs de soulagement, je sens l’attente enthousiaste des lecteurs qui vont enfin voir insuffler un esprit nouveau à ce blog.
Aujourd’hui nous allons positiver. Aujourd’hui nous allons regarder la beauté du monde, la gentillesse des gens. Parce qu’ils sont gentils les gens. Tenez, la femme de ménage de mon immeuble. Elle est super. Tous les matins, ou presque, elle est là. L’hiver venu, elle superpose les épaisseurs pour se protéger du froid qui devient de plus en plus vif. Elle promène un look digne du bonhomme Michelin, mais rien n’altère son sourire, sa bonne humeur, son amabilité. Quand elle me rencontre, elle ne manque jamais de s’inquiéter de ma santé :
-         Et vous, ça va ? Pas trop fatiguée ?
-         Non, ça va … Et vous ?
-         Oh moi, ça va… Il fait froid, hein, ce matin ?
-         Oui, c’est vrai, ça s’est drôlement rafraîchi ces derniers temps…, lui dis-je.
-         Ah oui, hein, il faut bien se couvrir ! répond-elle. Et votre petit garçon ? Il se plait à l’école ? s’inquiète-t-elle.
-         Oh oui, il est content, il s’est fait plein de copains mais a encore du mal à obéir aux consignes et à rester concentré lorsqu’on le lui demande.
 
Puis je lui souhaite une bonne journée, elle me répond « vous aussi », toujours adorable, toujours souriante, ajoute un mot gentil avec prévenance. Jusqu’au lendemain.
C’est une femme bien. Elle a élevé cinq enfants qui, devenus grands, ont eux aussi une vie rangée. Je ne les connais pas, mais je les imagine polis et agréables, comme leur mère.
 
Demain, peut-être que l’un de ses enfants, de ses petits-enfants tombera gravement malade, peut-être qu’elle aura mal à la tête, qu’elle se déclenchera une sciatique. La douleur la rendra irritable. Elle va peut-être insulter un automobiliste qui lui refusera la priorité au passage piétons. Il se peut aussi que lorsqu’elle me croisera, insupportée, elle ne lâche qu’un bonjour bougonnant, qu’elle me fasse une remarque acerbe parce que je n’aurais pas essuyé mes pieds sur le gros paillasson avant de monter les escaliers qu’elle viendrait tout juste de laver. Je me dirais alors : « Mais quelle conne ! » et trouverais de l’inspiration pour mon texte du jour.
 
Derrière chacun des portraits de ma galerie, il y a des gens bien : Mme T , institutrice motivée et dévouée, bien plus efficace que tous les enseignants qui ont défilé dans ma vie et que ma mémoire a occultés ; la grand-mère de Chéri qui souffre d’Alzheimer, Elisabeth qui est morte trop tôt, Fanny victime d’une mère tyrannique, Solène et sa sœur devenues orphelines.
Plus étonnant, parmi les gens bien je rajouterais Sabine, dont vous avez lu les aventures ici et . Sabine,  qui n’a pas été ma meilleure amie pour rien, qui accourait lorsque j’étais triste, qui écoutait mes jérémiades téléphoniques en manifestant à peine son agacement ; je parlerais aussi de Chris, qui a marqué une année de ma vie ; de L. qui a aussi montré qu’il avait une sensibilité et des qualités humaines malheureusement étouffées par un certain engrenage.
Le stupide goujat est peut-être un homme très apprécié de son entourage, les vieux handicapés du supermarché auraient aussi bien que moi pu écrire un texte sur ces femmes enceintes qui, fortes de leur état temporaire, se croient prioritaires et ignorent les vraies difficultés des personnes frappées d'invalidité permanente.
Quant à moi, moi qui suis indéniablement quelqu’un de bien, j’aurais pu ne pas dénoncer un voleur qui était peut-être dans la nécessité. J’aurais du être scandalisée de l’agression de Laure plutôt que de m’en réjouir. Je pourrais porter un regard plus amène sur les êtres faillibles, fragiles, humains que je croise.
Et vous ? 
 
Les gens sont souvent désagréables, odieux, impolis, n’en doutons pas. Mais ils ne le sont pas tout le temps, et pas aux yeux de tout le monde. C’est un leurre que de chercher les gens formidables ailleurs que chez les cons. Ce sont les mêmes. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jo - dans autrui
commenter cet article

commentaires

Alex 30/12/2006 10:34

Marrant tiens! J'ai écrit un texte dans le même genre il y a peu....Tu n'aurais pas su mieux dire, pas su mieux expliquer...Hier, mon père et moi étions en voiture. Nous avons croisé un couple, en voiture toujours, et mon père a dit: "Ah, ces vieux cons au volant!!!!" Mon père a 60 ans bien pesés et je lui ai rétorqué:"Tu sais que pour les autres automobilistes, tu es aussi un vieux con au volant?"Il m'a dit que peut-être, mais qu'il n'était pas vraiment un gros conet moi de lui répondre:"Cet homme en face non plus, certainement!"La conception même de la vie veut qu'on voit toujours les autres d'un oeil critique sans même se remettre soi même en question.Ah! Mauvaise foi quand tu nous tiens!

varna 22/12/2006 07:41

On est tous le con de quelqu'un, le con pour quelqu'un, pour qu'il puisse dire : "moi aussi, j'ai quelqu'un de con dans mon entourage". Au fond, c'est comme le temps qui fait ou qui défait, c'est bon pour avoir quelque chose à dire comme les autres. Qui n'a pas son con ? Demandez votre com du soir ! L'important c'est ce con a à dire. Mais j'arrête là, je sens déjà que je deviens le vôtre. Non, non, pitié ! je veux pas être le roi !

Lulu 21/12/2006 17:59

Moi j'aprécie les personne qui sourient tout le temps. Un peu de sympathie en cette période de fête !

Artno 21/12/2006 17:31

Hé Sugus, et si je cherche un con, dois-je m'adresser à quequ'un de formidable ou plus directement à un con (quand bien même ce serait le même...)? :0001:

Sugus 21/12/2006 16:46

"C’est un leurre que de chercher les gens formidables ailleurs que chez les cons. Ce sont les mêmes. "Eh oui, le monde n'est pas peint en noir/blanc, foin de manichéisme!