Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : AUTRUI
  • AUTRUI
  • : Tous ceux qui croisent notre chemin sont susceptibles de laisser une trace de leur passage.
  • Contact

Texte libre

Recherche

Texte libre

Certaines photos ont été glanées sur le Net. Elles ne sont utilisées que dans un but illustratif. Si toutefois leurs auteurs y voyaient une quelconque objection, merci de me contacter.

Archives

 

 

« L’Enfer, c’est les Autres »

            Jean-Paul Sartre

Pour comprendre le but de ce blog, il vaut mieux commencer par lire ça.

9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 00:18

http://cdn3-jadeincltd.netdna-ssl.com/130735/chaussures-compensees-femme-achat-vente-de-chaussures-pu-high-heeled-shoes.jpg

Sabine, dont vous pouvez relire les aventures ici et , ne disposait, à dix-sept ans, que de peu d’argent. Ses parents s’en sortaient comme ils pouvaient, parfois pas trop bien. Et elle, elle aimait la mode, les fringues, le maquillage, les jolies chaussures. Alors elle a fait le choix de voler ce qu’elle convoitait.
Pour les habits, le maquillage, ce n’était pas trop difficile. En revanche, cela se compliquait pour les chaussures. Comment dérober une paire de souliers ? Après avoir tourné et retourné la question dans sa tête, analysé le problème sous toutes les coutures, elle trouva. Il suffisait de franchir le seuil du magasin avec la paire choisie aux pieds. C’est déroutant de simplicité, d’évidence, mais il fallait y penser. Sabine avait le chic pour trouver des solutions de ce genre.
 
Le jour où elle mit en pratique sa théorie restera à jamais gravé dans mon disque dur à souvenirs. Nous étions toutes les deux. Je plaide coupable. Oui, je savais ce qu’elle allait faire, ce qui fait de moi sa complice.
Nous arrivâmes toutes les deux dans la boutique d’une enseigne à large diffusion nationale. Nous avons fureté, observé les modèles, commenté la forme du talon des uns, les détails des autres, avant qu’elle ne craque pour de ravissantes chaussures à talons, noires, en daim.
-         Ooooooh, elles sont trop belles celles-là ! s’exclama-t-elle avec envie.
Elle enfila un pied dedans et constata que cela lui allait à ravir. Sabine continuait donc à s’exclamer jusqu’à ce que ses cris de joie attirent l’attention de la vendeuse. Aimable, presque obséquieuse, celle-ci lui demanda :
-         Vous voulez que j’aille vous chercher l’autre pied ?
-         Oh oui, s’il vous plait, répondit Sabine.
 
La vendeuse s’éloigna, ouvrit une porte et descendit les escaliers qui menaient à la réserve. Comme les choses semblaient se préciser, je demandai à Sabine : « Sérieusement, tu ne vas pas le faire ? »
-         Je ne sais pas, douta-t-elle.
 
Mais déjà la vendeuse revenait avec la boite dans les mains et un large sourire sur le visage. Elle la déposa aux pieds de Sabine et la pria de chausser chacune des deux chaussures pour s’assurer que la taille convenait. Mon amie s’exécuta. Elle fit quelques pas dans le magasin, sous le regard de la vendeuse qui attendait confirmation de son choix. Cela dura bien cinq minutes. Sabine était maintenant rouge écarlate et bafouillait : « Euh.. je ne sais pas… Ca a l’air un peu grand, mais je ne suis pas sûre ». Et elle se remettait à arpenter la boutique.
Soudain, quelqu’un entra dans le magasin. Une lueur d’espoir traversa les yeux de Sabine. En s’occupant d’un autre client, la vendeuse allait certainement s’éloigner suffisamment pour qu’elle puisse se sauver sans être immédiatement repérée.
Effectivement, cela se passa ainsi dans un premier temps. La charmante dame qui s’était occupée de nous se dirigea vers la nouvelle cliente et se lança dans une conversation avec elle. Sabine jeta des regards inquiets vers al porte de sortie. On sentait toute son indécision, ses craintes péniblement mises en compétition avec un culot pourtant bien actif. L’hésitation fut de trop : déjà la vendeuse revenait vers nous. Son sourire avait disparu : elle commençait presque à s’impatienter devant l’absence de décision.
-         Alors, vous les prenez ou non ? demanda-t-elle.
 
Sabine expliqua que les chaussures lui plaisaient beaucoup, mais qu’elle avait l’impression que c’était un peu large à gauche.
-         Vous voulez essayer la taille en dessous ?
-         Non, non, parce qu’à droite c’est parfait.
-         Vous voulez essayer avec une semelle ?
-         Ah, oui, excellente idée, répondit Sabine, consciente aussi qu’elle devait saisir cette dernière chance sans tergiverser. 
 
La fille du magasin s’en alla et fut un long moment occupée à chercher la taille de semelle adéquate. Sabine ne demanda pas son reste et s’en alla en courant. Je la vis franchir la porte, médusée de constater qu’elle avait osé passer à l’acte. Elle détala en un rien de temps et je la revois encore, avec sa jupe et les chaussures à talon qu’elle venait juste de voler, courant à tout rompre dans la rue noire de monde, obligée de slalomer entre les passants pour ne pas se laisser ralentir.
Dans la boutique, tout était calme. Quand la vendeuse revint, je fis mine de m’intéresser à des bottes posées plus loin. Je l’observai à la dérobée et la vis qui cherchait Sabine du regard. Surprise, elle vint vers moi :
-         Où est votre amie ? me demanda-t-elle.
-         Oh, dis-je en affectant un air naturel, elle ne doit pas être loin.
J’entrepris de la chercher, en balayant l’espace alentour du regard. Je feignis la surprise en ne la voyant pas :
-         Oh mais c’est bizarre, elle était là il y a deux minutes.
 
La vendeuse s’étonna avec moi et attendis, sans sembler comprendre. Elle me questionna sur l’identité de Sabine, que je ne dévoilai pas. Puis elle dut se rendre à l’évidence : la paire de chaussures s’était envolée avec la voleuse. Ne restait plus, abandonnés sur le sol, les pauvres souliers troqués contre la rutilante paire neuve.
 
C’est une Sabine exténuée que je retrouvai dans un café du quartier.
 Dans sa folle cavale, elle avait trébuché. Il n’est pas aisé de sprinter avec des talons de dix centimètres, et elle ne s’était pas entraînée au préalable pour l’occasion. Elle s’était donc étalée de tout son long sur le bitume parisien, avant de se relever tout affolée et poursuivre sa course, indifférente aux gens qui s’inquiétaient de savoir si elle s’était blessée, sourde aux élancements lancinants de ses genoux en sang. Ses collants noirs étaient déchirés : un énorme trou laissait entrevoir chacune des plaies, tandis que les mailles filées zébraient le reste de ses jambes.
 
Mais l’essentiel, c’est qu’elle avait ses chaussures, même pas abîmées dans l’accident.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jane 27/02/2010 22:10


j'arrete sur celui-ci ce soir ! j'ai trop ri !


Patch 14/01/2007 11:08

Oui, je sais, je vais passer pour le "ringard lourd" du coin au vu des commentaires, mais c'est pas bien...Le vol apporte sa dose d'adrénaline, sa part de confiance, de courage, et puis on se dit "j'ai osé", "je l'ai fait"...Et "ça a marché".....Alors vient le "si ça a fonctionné une fois"..........Dans le vol, il y a le voleur, mais il y a le volé, et là c'est moins drôle déjà....Mais cela, on ne le comprends que quand on est dans le cas...;o )

koulou (flégroll) 12/01/2007 14:44

eh bien c'est pour toutes ce raisons que je préfère payer ! que d'émotions et d'aventures désagréables dans une telle entrerise au-delà  de ce que la morale pourrait en dire. Elles les a bien méritées en un sens ses chaussures la pauvre. Ce qui m'étonne c'est que tu soit restée dans la boutique et que celà ne t'ai pas obligé par la suite à être convoquée par la police pour donner l'identitée de ton amie. moi j'aurais filé en même temps qu'elle...

serge 11/01/2007 23:41

C'est à peu près l'histoire du film de Pierre Jolivet: "Filles Uniques" avec Sandrine Kiberlain et Sylvie Testud qui joue le rôle d'une voleuse de chaussure. Le sous-titre disait (je crois): "les conneries on les fait ensembles".

Jo 12/01/2007 00:07

Ah oui ???? Je serais curieuse de le voir. Ils ont du rencontrer Sabine qui leur a raconté ... ;-))))

Anna 11/01/2007 17:48

Petit parenthèse qui n'a rien à voir : quand je passe sur ton blog je pense souvent à la chanson d'Abd Al Malik, "Les autres".